Histoire

La CSS vient en aide aux victimes des la Deuxième Guerre mondiale
La CSS vient en aide aux victimes des la Deuxième Guerre mondiale

Statuts de la CSSR  [téléchargement] symbole-de-telechargement_318-33607

Brève histoire d’une organisation marquée par l’engagement et la solidarité

La Guerre civile espagnole : mythe fondateur de la Centrale sanitaire suisse (CSS)

En 1937, alors que la République espagnole est en proie aux attaques des troupes fascistes du Général Franco, la CSS est créée pour soutenir les populations civiles et les combattants républicains. Des ambulances, du matériel chirurgical et du matériel de transfusion sanguine sont acheminés vers l’Espagne. En 1944 et 1945, elle organise quatre missions pour soutenir les résistants qui luttent contre les troupes nazies en Yougoslavie. Le climat politique anticommuniste qui s’installe par la suite en Europe n’est pas favorable au développement de la CSS, qui tombe dans une longue phase de sommeil.

La Guerre du Vietnam : renaissance du mouvement de solidarité

En 1965, l’intervention massive des troupes nord-américaines au Vietnam sonne le réveil de la CSS. Sous l’impulsion du Dr Marc Oltramare, la CSS renaît à Lausanne le 9 janvier 1966 sous la forme d’un Comité national d’aide au Vietnam. Le premier bulletin de la CSS sort en mars 1966 : il dénonce les crimes de guerre des troupes d’intervention et lance une campagne pour réunir des fonds qui permettront d’apporter une aide médico-sanitaire aux populations du Sud-Vietnam. En 1967, la CSS publie un document majeur, qui sera traduit en plusieurs langues et repris par le Tribunal Bertrand Russel sur les crimes de guerre au Vietnam : Vietnam : Documents sur la guerre chimique et bactériologique (1).

L’aide sanitaire de la CSS aux zones libérées du Sud-Vietnam durera jusqu’en 1975, moment de la réunification du Vietnam. Elle consiste notamment en l’envoi de matériel chirurgical, d’équipements de dentisterie, de filtres à eau, de désinfectants et d’antibiotiques. La paix revenue, d’autres projets d’aide voient le jour, dont la construction d’un centre de santé à Trung Nhai et le développement de postes de santé dans le détroit du Mékong.

Années 80 : solidarité et coopération au développement

En septembre 1978, la CSS se réorganise, avec la création de trois sections autonomes : Suisse romande, Suisse alémanique et Suisse italienne. L’aide de la CSS-Romande (CSSR) se diversifie et change de caractère : désormais, les projets qu’elle soutient relèvent le plus souvent d’une coopération avec des groupes de population luttant contre l’injustice sociale, pour le droit équitable à la santé et pour un développement respectueux de l’environnement. Cette aide passe aussi par l’information en Suisse, sous forme de publications et de films. Les pays concernés au cours des dernières décennies sont multiples : Liban, Kurdistan, Palestine au Moyen-Orient ; République arabe sahraouie démocratique en Afrique du Nord; Nicaragua, Salvador, Guatemala, Pérou, Uruguay, Chili, Bolivie et Cuba en Amérique latine. Sans changer son orientation, la CSSR se demande maintenant si elle ne devrait pas aussi aider le Sud en Europe : à Lesbos, à Lampedusa, à Genève, à Lausanne ?

Bibliographie

1) Jean-Pierre Guignard et al. : Vietnam : Documents sur la guerre chimique et bactériologique. Comité National suisse d’aide au Vietnam, Lausanne, 1967

Lire également

Pierre Jeanneret : 75 ans de solidarité humanitaire : Histoire de la Centrale sanitaire suisse et romande 1937-2012. Editions d’en bas, Lausanne, 2013, 262 pp.