Actualités

Bulletin N°177 !

 

Le bulletin n°177 est arrivé. Dans ce dernier numéro de l’Année internationale du personnel soignant, notre ancienne Présidente,  Viviane Luiser, salue les efforts de ces professionnel·le·s qui, malheureusement, ne sont pas assez reconnus. Nouvelle Présidente de la CSSR depuis octobre, Luisa Sanchez se tourne vers l’avenir en annonçant les prochaines collaborations de la Centrale avec d’autres ONG suisses du secteur de la santé. Dans ses pages internationales, ce Bulletin présente le nouveau projet auquel nous travaillons au Pérou, dont l’objectif est d’améliorer la prévention en matière de santé sexuelle chez les adolescents.

Bonne lecture et au prochain numéro! 

Geneva Health Forum

8ème édition – Du 24 au 26 mars 2020

Le Geneva Health Forum est le forum des pratiques innovantes en santé globale. Son but de présenter des pratiques innovantes, accessibles et durables afin de faciliter l’accès et l’équité en santé; C’est un événement international à ne pas manquer, où les principales questions de santé,
alimentés par des expériences de terrain, sont en discussion.
Le GHF favorise les rencontres dynamiques et le partenariat entre les diverses acteurs actifs dans la santé globale.

Plus d’informations ici : ghf2020.g2hp.net/

Le Marché de Noël Solidaire en virtuel

Faisant preuve d’une grande capacité d’adaptation, Pôle Sud et la Fédération Vaudoise de Coopération ont décidé de proposer cette année aussi leur traditionnel Marché de Noël Solidaire!

Rendez-vous en ligne donc, où jusqu’au 8 décembre vous pouvez soutenir des organisations vaudoises de coopération internationale et notamment, votre Centrale Sanitaire Suisse Romande!

Des ONG du secteur de la santé disent OUI à l’initiative de responsabilité des entreprises

Les ONG suisses actives dans le domaine de la santé, medico international schweiz, mediCuba-Suisse, Centrale Sanitaire Suisse Romande (CSSR) et Aiuto medico al Centro America (AMCA) au Tessin prennent clairement position pour un OUI décisif à l’initiative pour des multinationales responsables, qui sera soumise au vote le 29 novembre prochain.

Dans les pays du Sud, les activités des entreprises internationales mettent souvent en danger la santé des populations locales. Il est temps d’y mettre fin par un OUI clair le 29 novembre!


Depuis des décennies, les entreprises multinationales exploitent les structures corrompues et les faiblesses des systèmes judiciaires de certains pays afin de générer un maximum de profits, tout en faisant fi des normes environnementales et des droits humains. Des groupes tels que Glencore, Syngenta et LafargeHolcim, basés en Suisse, en font également partie. Alors que les entreprises internationales pourraient bien être le moteur de la croissance économique et de l’emploi dans les pays du Sud, elles sont très souvent les responsables de dommages sanitaires graves et irréversibles, dont la population locale en paie le prix. Dans la situation juridique actuelle, sans règles contraignantes pour les entreprises suisses à l’étranger, les dommages environnementaux et les violations des droits humains commis par ces multinationales restent généralement impunis. C’est pourquoi un OUI à l’initiative pour des multinationales responsables est nécessaire.

Dans la ville péruvienne de Cerro de Pasco, la société minière Volcan, contrôlée par Glencore, pollue l’air et l’eau avec des métaux lourds. Les faibles coûts de production entraînent de graves problèmes de santé pour la population locale. Dans le sud-ouest du Nigeria, le groupe suisse LafargeHolcim exploite une cimenterie. Les émissions de particules sont extrêmement élevées et les particules nocives se retrouvent également dans les sources d’eau potable utilisées par les habitants. Beaucoup d’entre eux souffrent aujourd’hui de difficultés respiratoires, de lésions du foie, des poumons, de la rate et de maladies oculaires.

En Amérique centrale, l’utilisation d’agrotoxiques déjà interdits en Suisse, comme le paraquat, qui est produit et distribué par Syngenta, a de graves conséquences sur la santé de la population rurale. Au Salvador, on estime que 2500 personnes meurent chaque année d’une insuffisance rénale à la suite d’une intoxication chronique au paraquat. L’ancien vice-ministre de la santé du Salvador, Eduardo Espinoza, souligne: «Nous avons fait des efforts pour réglementer la vente de ces produits agrochimiques. Cependant, l’agro-industrie a bloqué nos publications et acheté des chercheurs pour réfuter l’expertise scientifique. Les multinationales ont mené des campagnes publicitaires coûteuses, coopté des associations de néphrologie et entravé les chercheurs qui établissaient un lien entre la forte incidence de maladies rénales graves et l’utilisation de ces herbicides et pesticides nocifs.»

L’initiative pour des multinationales responsables offre des règles claires et contraignantes pour mettre un terme à ce comportement peu scrupuleux de certaines entreprises. L’expérience a démontré que les mesures volontaires ne sont de loin pas suffisantes. La violation fréquente des droits du travail et de l’environnement dans les pays du Sud est également injuste pour les petites et moyennes entreprises qui produisent en Suisse et respectent les normes juridiques locales.

Dans notre travail, nous sommes confrontés quotidiennement aux conséquences de l’exploitation des personnes et des territoires dans le Sud. Nous nous engageons à garantir le respect des droits humains et de l’environnement dans le monde entier et nous continuerons à nous battre pour la santé de toutes et tous !

L’initiative de citoyenneté d’entreprise est une étape importante dans cette lutte ; c’est pourquoi nous disons OUI à des entreprises responsables

OUI à l’initiative pour les multinationales responsables!


AMCA Aiuto medico al Centro America

Central Sanitaire Suisse Romande

medico international switzerland

mediCuba-Suisse

Retour sur la journée Alternatiba

Comme vous le savez, le samedi 26 septembre, nous étions au Parc des Bastions pour la 6ème édition du Festival Alternatiba Léman !

Ce fut l’occasion de rencontrer de nouveaux membres, de présenter le projet de notre partenaire en Équateur, la Clinica Ambiental, et de nouer de nouvelles collaborations avec quelques-unes des 170 organisations présentes. Quel plaisir de voir tant de personnes travailler pour la transition vers un monde plus juste et en harmonie !